Coupe de France : le PSG retrouvera les Herbiers en finale

Le Paris-SG a battu difficilement une valeureuse équipe de Caen (1-3), mercredi 18 avril en demi-finales de la Coupe de France, et aura l’occasion d’ajouter un record à sa collection le 8 mai, celui du record de victoires consécutives dans cette compétition.

Au Stade de France, en quête d’un quatrième trophée d’affilée, Paris-SG affrontera les modestes Vendéens des Herbiers, club de Division 3, dans un choc des extrêmes qu’affectionne la Coupe de France.

On aurait pu penser que le Paris-SG encore euphorique après avoir récupéré son trône de champion de France d’un 7-1 magistral contre Monaco ce week-end.

Soutenu par 850 supporters souvent plus bruyants que les 20 000 Caennais dans les tribunes, Paris a mis beaucoup d’application pour décrocher sa 41e victoire consécutive en Coupe nationale. Mais les Parisiens, en noir, pas toujours suffisamment précis ou tranchants, ont buté sur des Malherbistes dans leur tenue porte-bonheur orange.

Samba retarde l’échéance

Les hommes de Patrice Garande ont été plus que méritants, à l’image de leur gardien Brice Samba et leur capitaine Damien Da Silva. Ce dernier a sauvé devant Angel Di Maria, qui allait servir Edinson Cavani seul devant le but (4), puis en déviant une reprise de l’Uruguayen aux six mètres (12), alors que le portier s’interposait sur une frappe de Di Maria (17), un corner direct de l’Argentin (45) ou encore une volée magnifique toujours du même joueur (54).

Paris a pourtant bien cru faire le plus dur en ouvrant le score sur un but de renard de Mbappé, à l’affût pour pousser dans la cage d’une frappe trop croisée de Cavani (0-1, 25).

C’était sans compter sur la très grande fébrilité dans les cages de Kevin Trapp. Peu rassurant sur des frappes pourtant sans grand danger de Stef Peeters (18), d’Ivan Santini (41), ou sur une volée plus appuyée mais lointaine de Ronny Rodelin (54e), le gardien allemand a été d’une lenteur phénoménale pour se retourner sur un tir de 30 mètres dévié d’Ismaël Diomandé, ne pouvant l’empêcher de rentrer (1-1, 45).

Mais il a suffi à Paris de retrouver sa magie en un éclair pour faire, finalement, basculer ce match bien plus indécis qu’attendu du « bon » côté. Une talonnade géniale de Di Maria dans la course de Cavani, un centre au cordeau pour Mbappé qui n’a plus eu qu’à pousser le ballon dans le but (1-2, 81).

Le troisième but dans le temps additionnel, par Christopher Nkunku, tout juste entré en jeu, est une anecdote. Sans vouloir faire offense aux Vendéens, Paris est favori pour remporter le 8 mai sa quatrième Coupe de France consécutive, un record qu’il serait le seul à détenir, devançant le Red Star et Lille (3).

 

Auteur de l’article : Robert DIATTA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *